Traité d’athéologie – Michel Onfray – Résumé du livre

Le très controversé, Michel Onfray propose une réflexion sur l’athéologie. Un terme repris d’un projet de Georges Bataille.

Cet article est un résumé librement inspiré de son livre « Traité d’athéologie ».

L’auteur y fait la démonstration du mépris et de la haine qui habitent les 3 principales religions du Livre.

Cette démonstration nous montre l’utilité de défendre les idées de l’athéisme. Ceci, dans un monde qui aujourd’hui ressuscite un Dieu. Un Dieu qui fût, par le passé, mis en quarantaine.

Si vous aimez la pensée non mainstream… Vous allez être servi.

traite atheologie michel onfray

Présentation du livre

Le « Traité d’athéologie » est un petit livre que l’on trouve en format poche. Pour un coût modique on a 315 pages de pur plaisir. Que l’on aime son auteur Michel Onfray ou pas.

La couverture, pour une fois dans les bouquins français est sympa.

Elle représente une partie de « La Lutte de Jacob avec l’Ange » d’Eugène Delacroix. Pour votre culture artistique !

Onfray bien un petit résumé de ce livre, non ?

Voici donc le résumé de son contenu.

 

Athéologie par Michel Onfray ?

L’odyssée des esprits forts

Nombreux ont été les philosophes « éclairés » au cours de l’histoire (Rousseau, Diderot, Voltaire). Mais ils ont tous dû composer avec leurs contemporains pour échapper à la misère ou à la mort et se rapprocher plus du penseur libre que de l’athée.

 

Athéisme et sortie du nihilisme

Le premier athée a été certainement l’Abbé Meslier (1664-1729). Ce fut le premier à dénoncer l’Église et la religion dans son livre Testament.

Il y fait l’apologie de l’athéisme et y dénonce l’injustice de la société de son temps.

D’autres auteurs ont suivi le chemin de Meslier : Holbach, Feuerbach et Sylvain Deschamp.

Les idées de ces philosophes ont été passées sous silence pour mettre en avant les « Lumières ». En effet, les philosophes des « Lumières » étaient plus en accord avec la religion. Ils la critiquaient mais ne la niaient pas.

Car supprimer Dieu, oui. Mais pourquoi faire ?

Le futur est-il le combat entre les monothéismes d’hier contre l’athéisme de demain ?

 

Vers une athéologie

Bien que notre époque nous semble athée, il n’en est rien. L’épistémè judéo-chrétienne nous en donne des exemples régulièrement.

Regardons la définition d’épistémé dans le dictionnaire du Larousse. L’épistémé est « l’ensemble des connaissances réglées (conception du monde, sciences philosophiques, …) propre à un groupe social à une époque ». On peut le résumer par présupposés et savoirs d’une époque.

Par exemple, la médecine occidentale reste très ancrée par les codes de l’Église qui par exemple refuse l’euthanasie ou l’avortement.

Les principes de l’athéologie se proposent de déconstruire les 3 monothéismes pour échapper à tout épistémé.

 

Monothéismes

Tyrannies et servitudes des arrières mondes

L’homme invente des arrières mondes. Des Dieux ou un Dieu. Et s’en sert pour imposer son pouvoir.

Les 3 religions monothéistes (Judaïsme, Christianisme et Islam) partagent les même mépris (cf page 103-104) :

  • haine de la raison et de l’intelligence
  • haine des livres non religieux
  • haine de la vie
  • haine de la sexualité des femmes et du plaisir
  • haine de la liberté
  • haine du féminin
  • haine du corps

mais elles prônent:

  • la foi et la croyance
  • l’obéissance et la soumission
  • le goût de la mort et la passion pour l’au-delà
  • l’ange asexué et la chasteté
  • la virginité et la fidélité monogamique
  • l’épouse et la mère
  • l’âme et l’esprit

 

Autodafés de l’intelligence

La confection de livres dits « livres saints » permet de regrouper les convictions des monothéismes.

Pour assouvir leur autorité, chaque religion a détruit les version des livres saints qui auraient pu « déranger » pour n’en garder qu’une seule.

Page 116-117 : c’est ainsi que Marwan, gouverneur de Médine, a procédé pour l’Islam.

Constantin et Paul de Tarse ont fait de même pour la religion Chrétienne.

On va même plus loin : on écarte tous les livres qui peuvent remettre en cause les écritures saintes et surtout les livres de sciences et de savoir.

 

Désirer l’inverse du réel

Les monothéistes n’aiment pas non plus la matière et le réel (voir Platon)

Ces religions inventent des mondes imaginaires comme le paradis. Ou bien elles créent des être fantastiques comme les anges.

Elles sont misogynes : les femmes sont haïes et dénigrées depuis la faute originelle d’Eve.

Le désir sexuel de la femme est banni pour le bien de la famille.

Et la circoncision ! Il s’agit purement et simplement d’une mutilation. En effet, elle est pratiquée sans motif médical et sans pathologie fondée.

 

Christianisme

La construction de Jésus

Aucune preuve ne vient démontrer la réelle existence de Jésus.

Les évangiles écrits par ses apôtres, et notamment Marc, ne sont pas une preuve que ces hommes l’ont bien croisé? Et ont vécu avec lui.

Ces gens méprisent l’histoire dans leurs écrits. Leur but est seulement d’endoctriner leurs lecteurs. Ou orateurs…

Nombreuses sont les contradictions dans leurs textes :

  • dans l’évangile selon St Jean, Jésus porte sa croix seul mais dans les autres évangiles il est aidé par Simon de St Cirène. Qui croire ?
  • l’échange verbal entre Jésus et Ponce Pilate est impossible car ce dernier était gouverneur et il ne se rabaissait pas à mener des interrogatoires de personnes locales inconnues (Jésus n’était pas encore le Christ au moment de son « procès »).
  • quant à la crucifixion, à l’époque, on avait recours à la lapidation sauf si le prévenu pouvait remettre en cause le pouvoir de Rome, mais Jésus n’était pas encore le roi des Juifs.

La vie de Jésus telle qu’on nous l’a décrite est donc bien mise à mal.

 

La contamination Paulienne

Paul de Tarse, Grec de son état, transforme sa haine de soi en haine du monde. Et c’est pour notre malheur.

Il réussira à imposer le christianisme. Et tout le mal qui va avec pour 2000 ans.

Son public : les gens communs, et non les intellectuels. Les premiers sont plus malléables et ouverts à ses idées non progressistes.

 

L’état totalitaire chrétien

C’est à cause de Constantin, premier empereur chrétien (280-337), que nous vivons encore sous l’influence judéo-chrétienne.

Vers 312, il légifère en faveur des écrits chrétiens. Et contre la dissolution des mœurs du bas-empire.

Exemple : interdiction du concubinage, la prostitution devient un délit, il condamne le libertinage sexuel.

Dès lors, cette religion n’a de cesse d’imposer son diktat. Bien que le christianisme ait connu une période de persécution

Elle y réussit notamment en interdisant la culture.

 

Mise à l’Index

Jusqu’au XXe siècle certains livres scientifiques ou philosophiques furent interdits pas l’Église. Il étaient mis à l’Index. Un registre des livres interdits.

Sauf que Mein Kampf n’a pas été mis à l’index… Cherchez l’erreur.

 

Théocratie

Petite théorie du prélèvement

Les livres sacrés sont la Torah, l’ancien Testament, la Bible, le nouveau Testament et le coran.

Les fidèles en extraient des passages pour justifier leur vision de leur religion.

Mais qui nous dit que ces textes sont originels ? Le chantier de leur écritures a sans doute pris des siècles.

De quoi douter de la véritable parole de Dieu dictées à ses ouailles.

Je ne développerai pas toutes les contradictions que l’on peut y relever. L’auteur en donne de bons exemples pages 209-225.

 

Au service de la pulsion de mort

On ne compte plus dans l’histoire les morts au seul nom de la religion.

Les 3 monothéismes ont eu leur période d’encouragement à la mort des « infidèles » ou des « païens ».

Tout peut excuser les actes prétendant défendre « sa » religion.

On massacre, on tue ou on laisse faire au nom de la sacro-sainte divinité:

  • les juifs ont combattu les Égyptiens (Moïse libérant son peuple)
  • les Chrétiens ont combattu les Juifs (les croisades)
  • les Musulmans ont combattu les Chrétiens (les conquêtes omeyyades)

 

Pour une laïcité post-chrétienne

L’analyse de la situation actuelle dans le monde montre l’influence encore grande des 3 monothéismes et leur lutte pour imposer leurs idées.

Notre laïcité est encore trop influencée par la pensée chrétienne.

« Travail famille patrie » peut se décliner à la fois pour la chrétienté et la laïcité.

Au XXIe siècle, deux mondes s’opposent

  • l’occident judéo-chrétien libéral
  • le monde musulman pieux.

Ces deux mondes se mènent une guerre psychologique et armée (via le terrorisme, par exemple).

Dans ce monde la libre pensée contemporaine est bien fragilisée. Allons-nous nous laisser faire ?

 

Conclusion

Face aux idées fausses propagées par les monothéismes faut-il relativiser ou rester neutre ?

Non, certes. Nous devons défendre nos valeurs, celles des Lumières et de la science pour atteindre la pensée libre.

Le traité d’athéologie est un premier guide. Un starter. Il doit fonder la lutte contre les religions.

 

Ce que j’ai aimé dans « athéologie »

  • L’écriture claire de l’auteur qui dénonce l’absurdité de la religion.
  • La démonstration de toutes les inepties annoncées dans les écritures saintes.
  • La démonstration du lien encore fort entre l’état et les religions.
  • La dénonciation du conditionnement et l’emprisonnement de  notre esprit avec la religion.

 

Ce que je n’ai pas aimé

  • La redondance de certains exemples.
  • L’auteur se répète souvent.

 

Comments ( 2 )

  1. ReplyAmélie
    Je vous remercie très fortement pour ce résumé sur ce livre ! Vous avez sauvé mon examen. J'ai un avis plutôt mitigé sur ce livre. En effet, comme vous, je trouve que l'auteur se répète beaucoup. Mais je trouve aussi que le vocabulaire était assez dure, ce qui, avec les phrases souvent à rallonge, a eu raison de moi. Mais grâce à votre résumé, j'ai compris tout ce que j'aurai du comprendre en 300 pages. Merci !
    • ReplyMichel
      Merci pour ce témoignage sympatique. Je ne sais pas si Onfray est apprécié des examinateurs, mais il est d'actualité. Au plaisir de vous relire :-)

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>