Apprendre la philosophie avec la série LOST

La philo ce n’est pas ennuyeux. On peut apprendre la philosophie en s’amusant et même en regardant LOST, la série télévisée.

Nous allons voir comment LOST peut nous parler de l’état de nature et de société vus par Aristote, Locke et Hobbes.

 

apprendre-philosophie-LOSTApprendre la philosophie avec LOST

 

LOST pue la philo

Avec des personnages nommés John Locke, Desmond Hume, Rousseau (une française), Bentham, Burke, Alpert, Ockham et j’en passe, on ne peut que deviner qu’il y a des messages philosophiques dans la série.

Vous trouverez la liste des personnages ayant un nom lié à un philosophe sur ce site. C’est vraiment étonnant.

Un signe de plus que LOST est vraiment une série philosophique. Je pense que beaucoup de ses fans sont passés à côté de cela.

 

Le thème philosophique principal abordé par LOST

Le thème que la série aborde est la société : l’homme peut-il vivre en société ? Est-il naturellement apte à vivre en société.

Je m’appuie sur le livre Philosophie en séries dont les auteurs ont étudié les notions philosophiques dans LOST. Voir mon article sur la philosophie et les séries télé.

Visionner LOST avec ces idées dans la tête est donc un bon moyen d’apprendre la philosophie en s’amusant et en apprenant l’anglais, de surcroit.

 

lost_terry-beach 00193 personnages de LOST

 

Aristote : l’homme est un animal politique

Pour Aristote, l’homme est par nature un animal politique. Il est sociable « from scratch ». C’est avant tout le langage qui permet cela car il permet de communiquer afin d’agir dans un but commun.

L’homme éprouve, toujours d’après Aristote, de l’amitié pour son prochain. Mais attention, pour nous amitié veut dire préférence, sympathie. Pour lui, l’amitié s’adresse à tous.

Or, les conflits sont rapides à naître entre les différents naufragés. Pourtant ils devraient s’associer pour le bien de tous. C’est un peu comme dans Koh Lanta.

Les scénaristes de LOST ont voulu faire mentir Aristote.

 

Lost-personnagesC’est un peu le chacun pour soi

 

L’homme n’est pas sociable par nature

Cette conception de l’homme sociable par nature s’oppose à celles de Locke et de Hobbes.

 

État de nature et contrat social

Locke et Hobbes définissent un état de nature où l’homme est libre et insoumis. On a là une nouvelle conception : l’homme ne se soumet pas naturellement. Une nouveauté pour les monarques de droit divin ! Chacun suit ses propres intérêts.

 

Hobbes et la guerre permanente

Pour Hobbes la caractéristique de l’état de nature est la peur et la concurrence entre individus. Dans cet état de nature c’est la guerre entre individus.

Ils ne peuvent aspirer à la paix qu’en abandonnant un peu de leur liberté naturelle et en passant un contrat entre eux pour abandonner le pouvoir à certains individus ou groupes d’individus.

 

groupe-lostTous en guerre ?

 

Locke et l’homme naturellement conciliant

Pour Locke, l’état de nature n’est pas une guerre continuelle car l’homme est sage et conciliant par nature. Il a toujours ses libertés et droits sur tout, mais, en plus de mener à bien ses projets il apporte de l’aide à ses semblables.

L’homme cherche naturellement la coopération car il y a intérêt s’il veut sortir de la simple survie : l’union fait la force.

Mais cette coopération, à grande échelle, passe aussi par un contrat social. Chacun décide de lâcher sa liberté totale pour confier sa protection à un tiers, pour le bien de tous.

 

LOST, un modèle réduit de la société

LOST est un laboratoire grandeur nature, mais fictif, pour apprendre la philosophie relative à la société.

On assiste durant les premières saisons à la confrontation de deux modèles.

Bien sûr, exit le modèle aristotélicien. Les deux modèles qui s’affrontent sont celui de Hobbes et celui de Locke.

 

Sawyer est l’archétype de l’homme dans l’état de nature selon Hobbes. Il se prépare à la guerre et tente de tout s’attribuer.

Jack, lui, coopère, comme Locke, le philosophe et le personnage. Ils tentent tous deux d’aider les autres naufragés.

Mais Jack n’arrive pas à fédérer tout le monde. Certains suivent Sawyer. C’est parce que, sur l’île, aucun contrat social n’a été conclu. Chacun est donc libre de faire ce qu’il veut, même si cela ne va pas dans le sens du bien commun.

 

Kate-lost-2Ah ! Kate !

Conclusion

La conception d’Aristote semble bien loin. Il nous reste l’état de guerre continuelle de Hobbes et la coopération de Locke.

Dans les deux cas, la formation de la société civile s’effectue de la même manière, par l’établissement entre les hommes, de leur propre volonté, d’un contrat social qui met le pouvoir entre les mains de certains, pour le bien de tous. L’exercice de ce pouvoir leur enlève une partie de leur liberté, mais en échange ils gagnent la sécurité et la protection.

Quant à savoir qui de Hobbes ou de Locke a raison, c’est autre chose. Je pense qu’il y a les deux : ceux qui coopèrent et ceux qui ne prennent en compte que leurs intérêts et qui ne coopèrent que quand ils y ont intérêt.

Qu’en pensez-vous ?

 

Pour aller plus loin avec la philo et d’autres séries

Un excellent livre pour apprendre la philosophie avec les séries télévisées : Philosophie en séries.

 

from VistaWallpapers.comLe meilleur pour la fin…

 

Illustrations : www.moviepilot.de, www.ohmymag.com, flowtv.org, zoanima.fr, prettyfrank.wordpress.com, www.fanpop.com, VistaWallpapers.com

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>